La transmission

Style Yang d’origine

ORIGINE

Né en Chine, le Tai Chi Chuan s’est constitué à partir de 4 grands courants :

  • la médecine énergétique (principalement l’acupuncture et les chi kong)
  • les arts martiaux
  • la méditation taoïste
  • la philosophie taoïste.

Son origine historique n’est pas connue avec précision du fait du caractère oral de sa transmission mais il semble raisonnable de dater son apparition aux environs du XIII° siècle.

Il est actuellement représenté par 3 écoles principales :

  • l’école Chen, restée très proche des Kung Fu dans ses techniques et son esprit, peu répandue en occident.
  • l’école Yang, issue de l’école Chen et très vite différenciée.
  • l’école Wu issue de l’école Yang, peu répandue en occident.

L’école Yang est actuellement la plus répandue dans le monde et aussi celle qui a donné au Tai Chi Chuan ses maîtres les plus renommés.

MODE DE TRANSMISSION

Traditionnellement, l’enseignement du Tai Chi Chuan prenait place dans le cadre du clan d’origine ( famille élargie ) et ne devait en aucun cas sortir de celui-ci.

Yang Lu Chan, né en 1799, est accepté dans la famille Chen où il y apprend le Tai Chi mis au point dans le clan. En quelques années il acquiert un très haut niveau. Après avoir quitté le clan, il séjourne dans différents monastères taoïstes où il accède à des enseignements particuliers portant sur des techniques énergétiques et sur la méditation. Il crée alors son propre style en intégrant ces enseignements à la base technique acquise et modifie donc en profondeur le style Chen. 

Devenu le premier maître de la lignée Yang, il met fin à la tradition du secret en diffusant les enseignements de base hors du clan. Ses descendants, Yang Jian Hou, Yang Feng Hou, Yang Ban Hou, Yang Shao Hou…, continuèrent la diffusion des enseignements de base hors du cercle familial. Il faudra néanmoins attendre Yang Chen Fu ( mort en 1936 ) pour que le Tai Chi Chuan soit très largement diffusé en Chine et pratiqué à grande échelle, là encore, dans une version basique.

Durant le même temps, l’enseignement complet fut transmis à chaque génération au sein de la famille Yang, ainsi qu’à quelques disciples extérieurs à celle-ci.

Il existe donc deux filières de transmission :

  • l’une, directe, validée à chaque génération par les représentants officiels de la lignée.
  • l’autre latérale et incomplète, constituée par des personnes ayant reçu des enseignements basiques, mais non validée par les Maîtres de la tradition Yang.

Il importe de préciser un point essentiel concernant les titres et qualificatifs. La notion d’élève et de disciple ne recouvre pas le même sens dans le cadre de la Tradition martiale que dans le vocabulaire usuel.

En effet, est désigné comme élève toute personne ayant suivi des cours auprès d’un maître, quelle que soit la durée de cet enseignement, alors que le terme de disciple ou élève du cercle intérieur, désigne un élève choisi pour recevoir la Tradition.

Cette désignation donne lieu à un cérémonial avec témoins et documents validés par les intéressés afin d’officialiser ce statut. Un disciple est toujours en mesure de prouver ce lien particulier qui le relie à la lignée d’origine.

Bien que sorti du mode de transmission exclusivement familial, le Tai Chi Chuan de style Yang originel a conservé un cadre très strict quant à sa diffusion. A chaque génération, un maître choisit parmi les centaines ou les milliers d’étudiants qui suivent ses cours, quelques élèves , une douzaine en général , y compris un ou plusieurs de ses fils , pour leur transmettre un enseignement plus approfondi.

Après quelques années de formation, deux ou trois élèves sont choisis comme disciples parmi les élèves proches et reçoivent un enseignement encore plus poussé. Ils deviendront les représentants officiels de la lignée auprès de la génération suivante.

S’il est d’un intérêt prophylactique certain, le Tai Chi pratiqué actuellement par des millions de chinois n’est qu’une adaptation très écourtée et dénaturée de la forme Yang d’origine.
Ces diverses versions, formes de Pékin en 24 ou 48 mouvements par exemple, ont été mises au point par le gouvernement chinois dans le but d’un enseignement de masse. Vidées de leurs contenus énergétiques et philosophiques profonds, révolution culturelle oblige, elles sont en fait aussi loin des enseignements traditionnels que la majorité des Tai Chi enseignés en occident.

Il est donc essentiel lorsque l’on débute le Tai Chi de style Yang de choisir un enseignant directement rattaché à la lignée par l’un de ses disciples officiels. C’est la seule garantie de recevoir un enseignement traditionnel complet.