Tai Chi et symbolique du nombre 108

 

 

La forme de Tai Chi de style Yang originel comprend traditionnellement 108 mouvements. Mais elle est parfois décomptée par certains en 81, 85 ou 88. Ces différences portent le plus souvent sur la façon de comptabiliser certains passages et quelques fois elles sont dues à la suppression de certaines actions.
Cette variation du nombre permet souvent d’identifier l’école qui a modifié la forme d’origine. Cela devient une sorte de signature.
Cependant, 108 n’est pas seulement lié à l’enchaînement du Tai Chi. Ce nombre symbolique occupe aussi une place essentielle en Asie et particulièrement en Inde, Chine, Tibet et Japon dans les traditions hindouiste, taoïste et bouddhiste.

Dans l’Hindouisme :

  • 108 se décompose comme suit : le 1 représente Purusha, la conscience spirituelle qui réside à l’intérieur du corps, le zéro, l’arrêt de la conscience mentale et le 8, Prakriti, ce qui est manifesté et soumis au changement. 108 évoque alors le Samadhi, la libération.
  • 108 est le nombre des Upanishads, textes sacrés fondateurs de l’Hindouisme datant du 9°siécle au 5° siècle avant notre ère.
  • 108 est le nombre de points liés à l’énergie vitale (Marmas) dans le système médical Ayurvédique.
  • 108 est le nombre de mudras traditionnels (postures de doigts à visée symbolique et énergétique) dans le Tantra.
  • 108 est le nombre de trajets énergétiques convergeant vers le chakra du cœur (Sushuma).
  • 108 est le nombre des postures en Hata yoga (en théorie).
  • 108 est le nombre de répétitions du mantra « Gayatri Mantra », invocation au soleil la plus sacrée des Védas. 
  • 108 est aussi le nombre de noms que possède chaque dieu du panthéon hindouiste.

Dans le Bouddhisme :

  • 108 est le nombre d’épreuves qu’aurait dû surmonter le Bouddha avant d’atteindre l’Eveil.
  • c’est aussi le nombre de faiblesses (karmas) listées par certains courants du bouddhisme (orgueil, haine, jalousie, attachement, etc…).
  • au Japon, c’est le nombre de feux allumés lors des cérémonies funéraires ainsi que le nombre de perles du chapelet (Juzu) que l’on place dans les mains du défunt.
  • il y aurait 108 sentiments, 36 liés au passé, 36 au présent, 36 au futur.

Dans le Taoïsme :

  • il représente les 108 constellations de la cosmologie chinoise. Parmi ces 108 constellations, en astrologie chinoise, 72 sont considérées comme bénéfiques et 36 peu favorables.
  • il est aussi le nombre des Seigneurs du Tao, personnages divins du panthéon taoïste.
  • 108 est le nombre de mouvements dans l’enchaînement du Tai Chi de style Yang originel.
  • jusqu’au classique de la littérature chinoise, le Shui Hu Zhuan (Au bord de l’eau) qui relate les aventures de 108 brigands plutôt sympathiques.

Pour ces trois traditions, les chapelets de prières sont normalement composés de 108 perles ou par un nombre diviseur de 108 (54, 36, 27).
C’est l’un des nombres les plus importants de ces trois traditions.

Les raisons de ce choix :

Mais ceci n’explique pas la raison qui a présidée au choix de ce nombre. Il est associé à tellement de choses disparates (constellations, épreuves, sentiments, pratiques corporelles, énergétiques etc…) qu’il est difficile de leur trouver un point commun.
Cependant, l’utilisation de ce nombre particulier par les grandes traditions d’Asie laisse penser que celui-ci réfère à quelque chose de plus fondamental et qui serait considéré comme une sorte de vérité première. L’astronomie est peut-être une piste.

Astronomie :

 Pour appuyer cette hypothèse, on peut se tourner vers des textes appartenant à la tradition védique de l’Inde ancienne (XV° à V° siècles avant notre ère) qui affirment que : 

  • la distance de la Terre au soleil est de 108 000 fois le diamètre de la terre.
  • la distance de la lune à la Terre est de 108 fois le diamètre lunaire.
  • le diamètre du soleil est de 108 fois le diamètre de la Terre.
  • la circonférence du soleil est 108 fois celle de la Terre.

Les mesures annoncées par ces textes anciens sont une très bonne approximation de la réalité. En effet, les trajectoires étant légèrement elliptiques, ces mesures varient un peu en fonction de la date d’observation. Mais quoi qu’il en soit, ce ratio de 108, pour les distances Soleil/Terre/Lune est une moyenne comprise entre les minimas et les maximas observés par l’astronomie moderne !
Quant au ratio diamètre du soleil/diamètre de la Terre, il est de 109… ainsi bien sur que le ratio concernant leur circonférence.
Impressionnant pour des mesures effectuées il y a plus de 2500 ans.

Il peut être raisonnable de penser que ce nombre apparaissait pour les érudits de ces époques comme une sorte de constante de l’univers observé et qu’il devenait en conséquence un nombre « sacré ».
N’étant pas lié à une religion ou une croyance particulière car se référant à un fait astronomique, il était alors facilement utilisable par différentes traditions. D’où sa présence permanente dans les grands systèmes de pensée de l’Asie.

Mais tout ceci n’est qu’hypothèse et le mystère reste entier…
Alors en attendant de le résoudre, pratiquez vos 108 mouvements de Tai Chi ! ©

Jean Pierre

Tous les articles en cliquant ici