Le calendrier chinois-2

Le calendrier chinois est construit sur un cycle de 60 ans qui attribue à chaque année un nom, un élément et une polarité yin ou yang.

calendrier chinois

Le découpage des saisons dans le calendrier chinois

En Orient comme en Occident, 4 repères astronomiques servent à définir les saisons. Le solstice d’hiver le 21 décembre, le solstice d’été le 21 juin, l’équinoxe de printemps, le 21 mars et l’équinoxe d’automne le 21 septembre.
L’occident a choisi de faire débuter l’hiver au solstice d’hiver alors que d’un point de vue astronomique, les jours rallongent, et débuter le printemps au 21 mars alors que chacun peut constater que la végétation a repris son élan depuis quelque temps déjà.
La Chine a opté pour un autre découpage, à savoir centrer les saisons autour des solstices et équinoxes. L’hiver débute donc aux environs du 5 novembre et dure jusqu’au 4 février et le printemps commence à partir de cette date.
Les chinois sont de fins observateurs des dynamismes énergétiques à l’œuvre dans la nature. Pour eux, il semble plus approprié d’identifier les modifications énergétiques sous-jacentes et encore peu visibles plutôt que leurs résultats manifestés. En d’autres termes, l’occident décide le printemps à la première fleur, les chinois au mouvement énergétique qui mène à la naissance de celle-ci. C’est cette même approche qui préside en Médecine Traditionnelle Chinoise ; soutenir les mouvements énergétiques à leur début et identifier les déséquilibres avant qu’ils ne se transforment en pathologies déclarées. Deux regards sur le monde…

Troncs Célestes et Branches Terrestres dans le calendrier chinois 

La Chine ancienne a élaboré un calendrier fondé sur un cycle de 60 ans. Celui-ci est basé sur des notions d’énergétique très complexes couplées à des données astronomiques. Même s‘il est aussi utilisé par l’astrologie, il est indépendant de celle-ci et ne traite que des influences des corps célestes sur l’équilibre énergétique et physiologique de l’humain. Il sert de guide au médecin afin de préciser son diagnostic et élaborer le traitement approprié. Ce n’est donc pas une approche de type horoscope.
Précisons que cet aspect de l’acupuncture est d’une telle complexité que très rares sont les thérapeutes qui l’utilisent.

Tentons de simplifier…

La Terre circule dans le système solaire avec d’autres planètes. Durant son déplacement, elle se trouve soumise d’une part à des influences planétaires et d’autres part à l’influence des constellations. 
Son cycle n’étant pas régulier, il s’installe un décalage progressif. 
Ces deux types d’influences sont décrits par deux systèmes que sont les Troncs Célestes et les Branches Terrestres.

Les 10 Troncs Célestes

A l’époque de la création de ce système, les chinois ne connaissaient que les 5 planètes visibles à l’œil nu : Mercure, Vénus, Mars, Jupiter et Saturne.
Ces 5 planètes n’étaient pas sans rappeler le système des 5 éléments de la médecine chinoise et de fait, chacune fut associée à l’un de ces éléments. Rappelons que les 5 éléments se succèdent et s’engendrent toujours dans le même ordre : Bois-Feu-Terre-Métal-Eau.
Ils associèrent Mercure à l’Eau, Vénus au Métal, Mars au Feu, Jupiter au Bois et Saturne à la Terre.
En médecine chinoise, chaque élément ayant un aspect Yin et un aspect Yang, le système élaboré décrit donc 10 aspects particuliers des éléments associés aux 5 planètes. La place de chaque planète dans le système solaire influence l’état de chaque élément soit en concentrant l’énergie de l’élément (yang) soit en l’exprimant, par conséquent en la vidant (yin). Et cette influence se répercute sur tout le vivant.
Ce système fut appelé les 10 Troncs Célestes. 
Voici leurs noms : Jia, Yi, Bing, Ding, Wu, Ji, Geng, Xin, Ren, Gui. Ces noms sont habituellement convertis en leur signification du point de vue des 5 éléments et de leur aspect yin ou yang.
Jia est Bois yang-Yi est Bois yin, Bing est Feu yang, Ding est Feu yin- Wu est Terre yang, Ji est Terre yin, Geng est Métal yang, Xin est Métal yin, Ren est Eau yang, Gui est Eau yin. Les troncs célestes se présentent toujours dans le même ordre de succession. 

Les 12 Branches Terrestres

Comme en occident, la Chine considère 12 constellations, déterminées par le plan de l’écliptique. Ces constellations définissent des secteurs qui portent des noms, à l’origine sans rapport avec les animaux du zodiaque chinois. Ces 12 secteurs correspondent aux 12 mois solaires et sont nommés Branches Terrestres : Zi, Chou, Yin, Mao, Chen, Si, Wu, Wei, Shen, You, Xu, Hai. L’astrologie les a associés aux animaux du zodiaque. Ce sont dans l’ordre, Rat, Buffle, Tigre, Lapin, Dragon, Serpent, Cheval, Chèvre, Singe, Coq, Chien, Cochon.

Le cycle sexagésimal

Nous voilà donc revenus au problème de l’association de deux cycles de durées différentes.
Cette association combine un animal du zodiaque associé à l’un des 5 éléments avec soit une polarité yin soit une polarité yang.

Chaque cycle débute par son premier terme, Jia (élément Bois yang) pour les Troncs célestes et Zi (Rat) pour les Branches Terrestres puis progresse d’un cran chaque année.
Il faut donc 10 ans pour faire le tour complet des 10 Troncs Célestes et 12 ans pour les 12 Branches Terrestres. L’arithmétique, avec sa règle du PPCM (plus petit commun multiple) nous confirme qu’il faut 60 ans pour que les 2 cycles se retrouvent en même temps à leur position initiale, le Rat de Bois Yang.
Exemple de la progression d’un cycle : Rat de Bois yang puis Buffle de Bois yin puis Tigre de Feu yang puis Lapin de Feu Yin puis Dragon de Terre yang puis Serpent de Terre Yin, etc…
L’année 2020 se trouvait sous les signes du Rat de Métal Yang, l’année 2021 sera Buffle de Métal Yin et le nouvel an chinois tombera le 12 février 2021, 2022 Tigre d’Eau Yang et 2023 Lapin d’Eau yin.

Le calendrier chinois en résumé 

– l’année sidérale débute au solstice d’hiver, le 21 décembre et comporte 12 mois.

– le nouvel An chinois tombe en général à la deuxième nouvelle lune de l’année sidérale (obligatoirement entre le 21 janvier et le 21 février).

– chaque année est sous l’influence de l’une des 12 constellations et porte donc le nom d’un des 12 animaux du zodiaque (Branches Terrestres).

– chaque année se trouve sous l’influence d’un élément, dans son aspect yang d’abord puis yin l’année suivante (Troncs Célestes).

– la combinaison de ces deux derniers systèmes produit un cycle de 60 ans.

– le calendrier chinois est d’abord astronomique et lié à l’énergétique. L’astrologie s’en est progressivement emparée et a développé ses propres règles et approches des influences cosmiques sur notre planète et ses habitants. Mais c’est une autre histoire…

Le nouvel An en occident

En occident, le jour de l’An tombe toujours le 1er janvier et nous sommes souvent étonnés qu’il en soit différemment pour d’autres cultures, notamment la Chine pour qui cet événement particulier varie chaque année. Nous en avons vu les raisons astronomiques précédemment. 
Si l’on se penche sur le jour de l’An occidental, on constate qu’il ne correspond à rien d’un point de vue astronomique. En effet, le solstice d’hiver, date à partir de laquelle les jours rallongent tombe le 21 décembre, le printemps tombe le 21 mars, équinoxe, et aucun cycle lunaire particulier n’est associable à cette date. 

Il est dit que celle-ci aurait été imposée par Jules César sur la base de considérations purement politiques. Le choix de notre jour de l’An, à la différence du nouvel an chinois, est donc totalement arbitraire. Mais ce que nous avons en commun est d’en faire un jour de fête !

Jean Pierre