Qi et Tai Chi -3

La notion de Qi en Tai Chi.

Souffle interne et Tai Chi

Qi et spiritualité

Pour la cosmologie, toutes les énergies ne sont que des variations d’un Qi unique, originel. Celle-ci décrit donc un processus de création qui va de l’unité première à la multiplicité des formes et du vivant.
Les pratiques spirituelles décrivent quant à elles un parcours inverse, qui va de l’individualité au retour à l’unité première. Le Qi en sera l’ingrédient principal et ce sont ses transformations qualitatives successives qui mèneront de la conscience conditionnée à la réalisation spirituelle.

Dans le cadre des pratiques spirituelles, le Qi est conçu comme porteur d’une parcelle de conscience originelle et les processus de transformation visent à « extraire » cette présence de l’Originel, dans le singulier, et lui permettre de se manifester. On se trouve dans une approche où le Qi (énergie) est en fait une Conscience-énergie.
Nous sommes assez loin des différents Qi évoqués par la médecine traditionnelle chinoise qui se réfèrent à des aspects plus matériels, plus denses du Qi.

Tai Chi Chuan et discours sur le Qi

Le concept de Qi est utilisé dans l’immense majorité des enseignements ou des ouvrages sans jamais que n’en soient précisés les constituants, les modes de production et de stockage.

Parmi les discours, on trouve à une extrémité une confusion qui associe le Qi à la masse du corps en mouvement, donc simple énergie cinétique et à l’autre extrémité, une sorte d’énergie cosmique qui serait à disposition du pratiquant. Entre deux, on trouve toutes les incompréhensions possibles qui vont de l’énergie respiratoire à la puissance de la concentration en passant par la force musculaire ou bien la fabrication du Qi par le Foyer Inférieur. Cette dernière étant la plus fréquente. Le Qi n’est en aucun cas fabriqué au foyer inférieur comme c’est souvent affirmé. En aucun cas il n’est l’énergie respiratoire. Celle-ci n’est qu’un ingrédient parmi d’autres et un soutien rythmique favorisant certaines actions. Pas plus qu’il n’est énergie cosmique mise à disposition de quelque élu. Le Souffle Interne n’est pas non plus une puissante concentration. Celle-ci n’est nécessaire que pour le produire et le diriger.

Le style Yang originel trouve ses racines d’une part dans les pratiques méditatives taoïstes et d’autre part dans la médecine traditionnelle. Il s’est structuré à partir de ces deux disciplines complémentaires. L’une et l’autre s‘étant mutuellement enrichies au fil des siècles, elles partagent la même représentation de la production d’énergie même si elles n’en font pas le même usage. Il est donc nécessaire de repartir de la médecine chinoise pour comprendre ce qu’est le Qi, sa production, sa diffusion et son stockage. Voir à cet effet les articles sur Tai Chi et Médecine Traditionnelle Chinoise.

Tai Chi et énergie véritable

En Tai Chi, on utilise indifféremment les termes de Qi, d’énergie ou de Souffle Interne. Quel que soit le terme utilisé, c’est de l’énergie Véritable ou Centrale dont il est question.

Comme évoqué plus haut, le Tai Chi possède deux aspects principaux et complémentaires : le soutien des processus énergétiques vitaux et l’utilisation martiale du Qi. 

Dans le cadre martial, l’énergie utilisée n’est jamais celle qui vient d’être produite dans l’instant par le système des Trois Foyers. Cela reviendrait à la capter au détriment des fonctions organiques, soit sous sa forme nourricière soit sous sa forme défensive et donc de priver d’énergie les fonctions vitales et protectrices.
Stratégie évidemment inenvisageable…
Il est essentiel de comprendre que le Souffle interne utilisé dans une action ne provient que de l’énergie excédentaire mise en réserve, sous forme de Jing, au niveau du Foyer Inférieur.

Qi et Tai Chi

Nous sommes quasiment tous en possession d’énergie excédentaire et donc tous capables de produire un minimum de Souffle Interne.

Pour transformer le Jing en Qi, il est nécessaire de recourir à des techniques respiratoires particulières ainsi qu’à beaucoup d’attention (Yi). Mais cet aspect pratique dépasse le cadre de l’article.

Les fondations de la pratique consistent donc logiquement en l’apprentissage de techniques qui permettent la création de Qi excédentaire puis le stockage de celui-ci en Jing, pour une utilisation ultérieure.
Le Tai Chi de la lignée Yang originelle s’est construit sur 4000 ans de théorie et de pratique de la Médecine Traditionnelle Chinoise, d’où sa rigueur et son efficacité…

3/3

Jean Pierre

Cayrol Jean Pierre